La mairie

Le patois

LE PATOIS

 NOTRE PATOIS !

Images iQuelle chance , avons-nous ?
Jhustine  est natif  de notre commune , il nous adresse de temps en temps des écrits en patois
Jhustine est un défendeur de notre patois, la langue de bien chez nous!

 

M Chartier Guy : « Dit Jhustine »
Qui ne connaît pas Jhustine !
On peut lire dans de nombreuses revues de presse, des articles qui relatent la vie de cet homme.
Un homme qui connaît l’historique de la commune et bien davantage…Il se souvient de tout un passé.
Collectionneur de nombreux écrits de tout type.

Il écrit chez lui, des poèmes, des chansons… il a fait naître un CD de chansons…
Un homme qui dérange puisqu’il est le défendeur de NOTRE patois bien de chez nous.

Jhustine toujours aussi amoureux de son village.

 

 

Ci-dessous les quelques mots de Jhustine adressés en  mars 2022

En lien avec la pièce de théâtre organisée pat l'association du foyer rural. 

La Garissouse

Jh’vous apprenré reun’ en vous disan qu’anveuc l’âghe, noute paure charcoî va pâ en s’arrangheant. Mé, o l’ét dan l’échine qu’o m’tin ; jh’peut vous dire qu’dépeû thiéque z’an-né, jhe r’reguâde mé més souillé qu’mon chapiâ ! O y-at-in coube de s’mène d’thieû, en fasant mon marché, jh’ét-entendu dés peursoune qui causiant d’ine Garissouse qu’allét v’ni t’in sére dan noute coumune d’Asnières. O Quière de lune qui disiant, coume si lés jhorné étiant pâ asséz longhe ! M’seû dit : si a l’ét pâ trot chérente, m’en vâ n’en peurfité peur zi fére r’guâdé ma borde de l’échine. Coume lés nuaghe cachiant la lune, ét qu’bin sur le quiére de lune étét bâzi, a s’ét-installé dan noute fouèyé.

O y-avét-in monde quante seut-arrivé la-bâ ! Jh’é songhé ; jhamé à peura s’othiuppé d’tou thiéllés ghense, où beun’ o s’fin-nira t’à trouè z’heure d’aû matin. Le peurmié qui s’ét peursenté fasét pithié boune ghen ; pièghé en deu, apoué a deux min d’ssu t’ine cane, sét coume n’in balerit. I dét pâ passé l’peurmié ô pia tot lés jhor, thieû lâ. Thiète fumèle a coumincé t’a l’frogougné d’ssu tous lés couté, et a y’allét pâ d’main-morte jh’vous en répond ; i n’en bromét coume ine vache qu’arrive pâ à vélé. A n’in moument, d’raghe, a s’ét minme t’installé t’à califourchon d’ssu soune échine ; jh’é t’oyut gran poure qu’a l’câsse en deux mourçâ. Coume s’o sufisét pâ, a l’at-été cheûrché in groû roula-t-a pâtiss’rie ; quante i l’at vu thieû, i sé mit-a-ap’lé t’o s’cour. Créyét vou qu’o l’at thieuqu’in qui s’ét déranghé peur arrêté thieû carnaghe ? Peursoune ! Dan quel monde vivons nous ! Et la v’lâ r’parti t’astheur a zi frotté la borde tant qu’a peuvét anveuc thieû l’enghin. A n’in moument, a fine force d’se débate, i l’at ra-ussi t’a déscende d’la tabye de suppyice et a s’échappé. Dan quel état, m’z’ou d’mande !

M’en doute qui l’a dû n’en bâzir in p’tit pû loin, pasqu’ampré, o l’ét arrivé toute ine bande d’câlin qu’avian dû l’trouvé chet-o bord d’ô ch’min, a moinsse qui l’ayant féni d’leû min. A c’qu’jhé pû comprenre, i l’aviant sacqué dan n’ine grousse caisse dan la minson ; m’en doute peur l’fére fesandé in p’ti coume d’ô ghibié, avant d’s’le cartaghé. S’ment o l’ét arrivé ine aûte fuméle qui det pâ rigolé tot lés quate matin ; a cheurchét-in gâ qu’a peurtendét qu’a l’avét vu rentré chéz zeû. Créyet me qu’a rigolet pâ ét jh’peû vous dire qui n’en meniant pâ larghe tou l’temp qu’a l’ét rasté t’a lés quessiouné. Tout thieû, o l’étet fét peûr nous endormi pasque jh’é compeûrnu qu’la fuméle étét d’accord anveuc z’eû ; a n’in moumen, l’rideau ousse-qui l’aviant-été s’caché s’é duvart tou seul, peûr surprise, et darrière, thiés artouban dansiant-ét chantiant coume dés calande. Eh bin fithiurèt-vous qu’lés ghense se son mit à cougné dan leû min en cadence zeû otou. Si y créyant qu’o l’ét coume thieû qu’o vat découraghé lés vouèyou ! Vous pensét beun’ qu’dan thiés condition, qu’o l’ét pâ t’a thiéte Garissouse que jh’vât-allé d’mandé sés sarvice. Tant pî peûr moun’ échine ! Mè, dépeû thiète seré, jh’arête pâ d’songhé t’a thieû paûre malhureû qui y-a laissé la piâ. O dét peurtant pâ avouère gran chouse à manghé d’ssu lés oû d’thieû chéti yâbe, et carthaghé enteur teurtou, o leû f’ra pâ- in groû mourça châqu’d’in !

Jhustine

 

 

Ci-dessous les quelques mots de Jhustine adressés en  février 2022

La Crassouse

O s’ pâsset dan l’ancien tem, vour de s’ qui qu’neûssiant pâ la gassouyiére ni l’ maquillajhe. Coume o diset mon définté grant père : si tu bisét-ine drôlésse, tu risquét pâ d’ t’empouésouné. O l’étet daû cent peur cent "bio" ! Mè, vous savet coume mé que "bio" et porpe, o vat poin-ensemb’ye. O l’ét pâ teurjhou ragoûtan de s’ qui s’ met dan l’ jhèrdrin peur rempiacé l’engrai qui fet poussé lés patate ou lés toumate, à dés moumen o l’étet-otou l’ câ peur dés crétyin.

Peur n’en v’ni t’à « la Crassouse », l’ monde zi-aviant douné thieû châfre passqu’o l’avet pâ b’zoin d’ la vouére ni d’ l’entende peur savouére qu’a l’étet dan lés parajhe ! A vivochet bin chich’men anveuc son paûre vieû dan n’ine p’tite minzon, épi o l’étet pâ dimanche tout lés jhor. Anveuc in coube de mourçâ d’ cham, deûx troués bique, in goret, ine trâlé d’ lapinasse, d’ poule, d’ canet, d’ peuro ; i manjhiant-à leûs faim, mé pâ maî !

Ine an-né, la vèye d’ la fouére de St Jhean, thiète lâ d’avant la Naû, o l’at deûx gâ qui v’niant daû Péyi Bâ d’ leûs pié peur couché t’en ville d’ manière à d’éte su piace d’ boune heure l’ lend’min. Su lés cot d’ cinq heure daû sére, in p’tit-avan soulail couché, o l’at-ine brume qui s’ét l’vé d’in cot ! Ine brume à copé aû coutâ, qu’ n’on zi vouéyet pâ à dix mète. V’lâ més deûx gâ qu’étiant peurdu dan la neu qui chéyet-asteure, Peur d’su l’ marché, o coumincet-à jh’lé en mînme tem ! Ampré avouére virouné combe de tem, tout d’in cot, i vouéyant-ine p’tite lumière qui teurleûset-aû loin. O l’étet la chandèle d’ ché la Crassouse. Bin vite, i cougnant-aûx câraû, épi i l’aspyiquant leûs câ. Qu’o dit la vèye qu’avet pâ in maûvé fon :

« Jh’ sont pâ riche, mè jh’alont quant mînme pâ vous thyité diôr à n’in tem d’ mînme. Vous-alet manjhé t’ine boune soupe anveuc nous, o vous réchaûfrat »

Qu’o rajhoute le vieû

« Et vous peûret couché dan la paille dan l’éthiuri anveuc la vache, aû moin vous sret-aû chaû. »

Le lend’min à la peurmière heure, més deûx gâ sont r’peurti ampré avouére r’marcié lés deûx paûre vieû bin coume o faût. En route, o n’en-at-in qui dit :

« A l’avant-été bin-émab’ye thiés deûx peursoune, jh’ peuriont p’t’éte leûs ajhté thiéqu’ chouse peur lés-armarcié ; jh’avét sonjhé t’à daû sabon peur la vèye, o sret pâ san b’zoin, mè o la vésqurat p’t’éte ! »

« Hé si jh’ ajheteriont-ine guiace qu’o dit l’aûte. »

« Hâ, thieû, o l’ét-ine boune idé ! »

Aû r’tour, més deûx gâ sont don pâssé t’anveuc leûs cadeaû. O l’avet qu’ le vieû ; la Crassouse étet-à douné à manjhé aûx poule. Le paûre vieû démanche l’embalajhe, épi r’gâde la fâmeûse guiace.

« Hô qui dit,

« Vous peuvet pâ savouére le piési que vous m’ faset ! Mé coumen avet vous fet peur teurvé l’ pourtret d’ mon père à la fouére ! Jh’m’en vât l’ caché bin vite avant qu’ la Louise r’torne ; a l’émet pâ l’ vieû, épi a sret bin capab’ye d’ le borjhé. »

I monte dan l’pianché, épi i l’ sâre dan n’ine armouère enteur deûx pile de bâlin.

Tout lés jhor, ampré coulâssion, i monte dan l’ pianché peur r’gâdé thieû pourtret d’ son père. Curiouse coume o l’at pâ, la vèye s’en-ét-aporçu et a l’at seugu. in cot peurti, à monte bin vite à thièle armouère, à tire la guiace.

« Hâ ! qu’a dit, jh’m’en minfié qu’o l’étet-ine histouère de fumèle, mè qu’à soune âjhe, moune houme èye chouési ine si vilaine créyature, thieû, jh’ z’ariét jhamé créyu ! »

Jhustine

 

Ci-dessous les quelques mots de Jhustine adressés en janvier 2022

Jhustine et lés z’alection.

Lés ghensse disant qui n’en sont soubré de thiés z’alection ; mé, jh’ariai bin v’lu qu’o dure encouère thieuque temps. Quante la peurmière raballée a t’approché, o y a thiasiment cinq z’an-né astheur, in matin, o l’at t’in biâ moncieû qu’é v’nu cougné t’à la porte. Jh’ai pâ l’habitude d’avouére la visite de peursounaghe conséquent coume thieû. Jh’allai pâ l’laissé d’hior beune entendu. Alors, bin poliment, jh’l’ai fait rentré. Aussitout t’i s’é lancé dan n’un grand discours en m’aspyiquant qu’lés Français n’ètiant point t’aussi benèze qui deveuriant, et patati et patata… Jh’ai t’oyut grande envie d’zi dire qu’jh’étai sur’ment meû piacé qu’li peûr zou savouére. M’seû quand minme parmi d’zi dire qu’o l’éret p’tête meu peur çartain, si v’liant bin se r’troussé lés manche in p’tit mé, pace qu’à moun’âge, jhe beûche encouère mon jherdrin et qu’jhe m’en porte pâ pû mal peûr thieû. I m’at pâ répounu ; je cret beune qui sait minme pâ c’qu’o l’ét qu’ine bedoche. I l’at continué son discours en m’aceurtènant que :

« Si jh’voté coume o faut, jhe z’ou regretterié pâ, pace que noute av’nir était dan lés main d’thieûlâ ou thiête là qui s’rait t’élu à la Peursidence d’la Répubyique et qu’o l’était pâ l’moument de s’trompé.

Bin sur que jh’dit, mais jhe r’çouet pâ l’jhornau, jh’ai point la télé, coument v’lez vous que jhe qu’neûsse le bon liméro. Et pî, le bourg o l’ét loin peûr allé voté. Si o l’at qu’thieu qui dit, jhe me f’rait t’in grand piaisi d’veni vous cheurché. »

M’seû dit t’en moî-minme, tu serié bin sotte d’pâ peurfité d’l’oucasion. Le jhor v’nu, thieû gâ s’pointe d’ssu lés dix heure d’aû matin et nous v’là parti d’in bon train.

« Qui dit, peûr pâ qu’vous vous trompez, jh’vâ vous douné l’bul’tin qu’o faura sacqué dans la boîte.

In cot sorti d’la minr’rie, jh’dit, »

« O m’arrangherait beune pendant que jhe seû lâ, d’faire deu ou troué coumission à l’épicerie. »

Jh’ai bin vu t’à sa goule qu’o z’y fazait point trot pièsi, mè y l’at pâ osé r’fusé. Jh’en n’ét peurfité peûr faire més z’empiette peûr thyinze jhor aû moins. Jhamais jh’ariai pû trin-né més deu sa piens jhusqu’à la goûle, mais pusque thieû sot t’était lâ, autant n’en peurfité. Ah, peûr se rentorné, y l’at pâ trin-né t’en ch’min, mais jhe y-é quand minme fait porté mé deux sa jhusqu’au frigo avant qui s’en n’ale. Coume o f’lait un deuxième tor peûr partaghé lés rescapé, thieû gâ ét r’venu t’à la charghe.

« L’affaire devient sérieuse dit-il ; d’aprés le résultat, ce sera presque une question de vie où de mort peur vous, suivantle résultat. »

« Bin jh’comprend, mais peûr mé, l’bourg ét teurjhou t’aussi loin et més jhambe avant pâ rajhèn’zi dépeû l’deurnié cot »

« Mais il n’y a personne dans votre voisinage qui pourrait vous emmener, parce-que ce jour-là, je n’ai guère de temps de disponible.»

« Bin si, o l’at thieû vieux Pibole in p’tit pû loin, mais o l’ét pâ quession que jh’monte anveuc thieû fézir.»

« Bon, bien alors, je serai là dimanche, à dix heure, mais tenait vous prête.»

A dix heures tapante, jh’entend kiaksouné ; le gâ était lâ, coustumé, cravaté, et tout et tout ! Sitout démarré, jh’dis,

«  Ser’out t’in’effet d’voute bonté d’passé peûr l’cimentière avant qu’d’allé voté. J’avais songhé qu’o l’était pû sur d’zi d’mandé avant qu’amprè ».

« C’est si pressant que cela ? »

« Bin, o l’ét peûr allé d’ssu la tombe de mon paûre défunt Farnand ; o fait tel’ment longtemps qui l’at pâ t’oyu ma visite, bouneghen ! »

Peûr l’mette en meilleure dispousition, jh’ai sorti mon mouchouère peûr m’esseuyé lés z’euil.

« Dans ce cas, dit-il, ça ne peut pas se refuser, mais juste un aller et retour hein ! »  

Sitout’arrivé d’vant la tombe, jh’ét fèt mon signe de croix, beune entendu, et jh’ét coumincé t’à récité toute lés peurière qu’jhe qu’neû. Thieû gâ fazet lés cent pâ t’in p’tit pû loin, tout en sortant sa belle monte d’son gousset d’temps z’en temps. A m’sure que jhe r’fait mon signe de croix, jhe l’vouet qui saute dans sa vouéture et qui met l’moteur t’en route. I l’avait pâ vu qu’jh’avais sacqué t’in p’tit bedochon dans mon sa, et v’lâ que jh’sort thieû l’enghin et que jh’me met’à gratoché peûr arraché l’harbe. Trente seconde ampré, y l’était d’ssu moune échine ;

« En avez-vous encore pour longtemps, dit’il ? »

« Encouère un p’tit moument, mais si vous v’liait t’emporté l’harbe su l’baûrié, o f’rait gagné d’aû temps ».

Ah, i l’at pâ t’été fainiant ; i n’en ramasse ine grousse pougnée, et le v’là parti t’en courant jhusqu’au pilot, d’vant l’cimentiére. Trois tor qui l’at fait coume thieu, et l’harbe était égaillouse ! Vous z’ariait vu sés manche de ch’mise bianche, à l’aviant changhé d’couleur ! Jh’étai t’à peine assise dans la bagnole, qu’o démarrait t’en trombe peur le bureau d’vote. Qui di, vouélâ l’bon bulletin, surtout rangez le comme il faut dans l’enveloppe. O l’était thiasiment l’heure de déjhuné t’astheur, et o l’était pien d’monde. Quante i l’at vu thieû.

« Messieurs dames qu’il lance, vous seriez bien aimables de laisser votre tour à cette vieille personne qui n’est pas trop habile.»

«  Non, non, que jh’répond, vous dérangheait pâ, aû contraire, jh’seû bin contente d’avouére l’occasion d’rencontré dés z’émî peur bavassé un moument, mé qui vouet thiasiment jhamé peursoune. »

Peûr le r’tor, si jh’avion t’été t’en aréoupiane, jh’arion passé l’mur d’aû son. Dés qu’jh’ai t’oyut mi pied t’a bâ, i r’partait d’pû belle, sans minme m’dire au revouére où marçi. En li minme, i d’vait s’dire que thiète voix, à y-avait douné bin d’la peine ; mais o l’at t’ine chouse qui savait pâ . O l’ét qu’Jhustine, a l’aime pâ qu’n’on la meûne peûr l’bout d’aû nez ; à l’estime ête assez grande peûr savouére c’qu’a l’at t’a faire, et à fait c’qui zi convint.

Alors, chaque cot qu’jh’allé voté, jhe jh’té l’bulletin qu’o m’avait douné l’gâ et jh’en mettais t’in’aûte aû nom d’soune adveursaire en piace. Jh’en rigole encouère, mais o m’étoun’rait d’le r’vouére dans thieûques temps !

Jhustine

 

Asnières mon beau village.

 

Quand revenant d'un long voyage
Qu'au loin j'aperçois ton clocher
Je t'aime encore plus, mon village
Mon beau pays où je suis né
De tes coteaux couverts de vignes,
A ta verte et riante vallée
Et de tes champs ou tant d'échines
Au travail se sont éreintées
Que de beauté et que de charme,
Pour celui qui sait regarder
Et ça vaut bien, je le proclame
Tous les pays du monde entier
Je t'aime les matins de printemps
Lorsqu'à l'abri des grands talus
Les pâquerettes en tapis blanc
Semblent souhaiter la bienvenue
Quand le coucou au fond des bois
Sans fin nous lance son cri joyeux
Quand l'hirondelle porteuse de joie
Reviens de nouveau sous nos cieux
Quand là-haut, perdus dans les nuages
Les oies s'en vont en rangs serrés
Rejoindre de lointains rivages
Afin d'y élever leurs couvées
Je t'aime aussi, les jours d'été
Lorsque sur la plaine alanguie
Le vent fait frissonner les blés
Dans une musique si jolie
Je t'aime encore après l'orage
Quand tu retrouves ta splendeur
Et qu'au loin, enjambant les nuages,
L'arc en ciel aligne ses couleurs
Je t'aime aussi lorsque l'automne
Nous attendris de sa douceur
Et qu'enfin le travail des hommes
Récolte le fruit de son labeur
Lorsque dans la douceur du soir
Flotte l'odeur du vin nouveau
Ce vin dont on fera plus tard
Et le cognac et le pineau
Et je suis fier pour mon pays
De savoir que le monde entier

De ces merveilles nous envie
Et voudrait bien nous imiter
J'aime quand disparaît la vallée
Dans le brouillard dés le matin
Que seuls émergent les peupliers
Tels des fantômes dans le lointain
Ou quand les arbres dénudés
Découvrent l'horizon au loin
Et que la bise si redoutée
Siffle dans les volets mal joints
Les bois dans la pâleur du jour
S'entourent d'une lumière bleutée
Et le rouge gorge dans la cour
Vient implorer notre pitié
Aussi quand le vent déchaîné
Déboule du proche océan
J'aime la sarabande effrénée
Des nuages, là-haut, se bousculant
Alors à l'automne de ma vie
Je rêve parfois aux jours lointains
Déjà, quand j'étais tout petit,
Mon beau pays, je t'aimais bien
En bande, nous partions le jeudi

Par les sentiers pleins de mystères
A la recherche des petits nids
Ou bien en jouant à la guerre
Avec tout au fond de la poche
La fronde, notre arme préférée
Et comme cigarette une vioche
Rien ne pouvait nous arrêter
Et puis sont passées les années
Avec leurs joies et leurs chagrins
Mais toi, je t'ai toujours aimé
Et je t'aimerai jusqu'à la fin.

Jhustine

 

 

 

 

                                                                                                                                                           

J’aime Asnières

Sur l’air de « la rue de notre amour »

 

Quand parfois, revenant de loin
J’aperçois là-bas au lointain
Sa vieille église et son fin clocher
Et son château d’eau là-haut perché
Je sais bien que nulle part ailleurs
Je ne trouverais le bonheur
Car pour moi, le plus beau des pays
C’est Asnières, croyez moi mes amis
 

J’aime Asnières et son vieux bourg
Ses hameaux aux alentours
Son coteau et sa vallée
Son p’tit ruisseau, ses peupliers
Son école et son préau
Où s’ébattent les marmots
Sa cloche qui, pour les mariés
Sonne gaiement, à toute volée
En annonçant alentour
La joie d’un grand amour

 

J’aime la Laigne, son coquet château
Et la belle place de la Giraud
Le Pas Loubat dans son vert vallon
Ou gamins on péchait les vérons
J’aime l’Aleu et sa vieille tour
Et la Rue autour de son four
Chez Sureau avec son souterrain
Où jadis s’abritaient nos anciens
 

J’aime la Tranche et ses bosquets
Et sa voisine, chez Cornet
Chez Brenaud, face aux grands vents
Venus tout droits, de l’Océan
Chez Chabinaud, ses ruelles
Chantageasse si fière, si belle
La Touche où, un vieux château,
Veillait sur tous ceux du coteau
D’où la vue, se perds au loin
Vers l’horizon sans fin

Avez-vous, quand vient le printemps
Admiré ses vignes et ses champs
Ecouté là-bas au fond des bois
Chanter le coucou à pleine voix
Et sous le chaud soleil d’été
Regardé se dorer les blés
Ou dans la douceur des soirs d’automne
Senti le vin nouveau qui embaume
Alors n’oubliez pas ceux
Qui plus tard seraient heureux
De flâner dans les sentiers
Comme autrefois, vous l’avez fait
Gardez-leur pour leur bonheur
Quelques talus pleins de fleurs
Quelques haies pour les oiseaux
Et un peu d’eau dans le ruisseau
Le progrès, ce n’est pas tout
Faudra vivre après nous.

Jhustine

 

Août 2021

Un peu de patois de chez nous!  

 

Patois

Patois 2

 

JANVIER 2020

 

Le patois : la langue de chez nous.

Mon doudou journal

 

 

DÉCEMBRE 2019

A cause de la Ganipote

Thieu jhor lâ, la Petuchette avet’ enfin réussit’a envouèyé son gars peur nettouèyé et fieuri la tombe d’sés paure vieux. O faset’ ine boune semaine qu’a l’soubret tous lés matin, mè pâ mouèyen d’le décidé. I trouvet teurjhou ine othiupâtion qu’étet pû pressé. Rin qu’a l’idée d’allé encouère s’échiné peur thiette veille salop’rie, coume i l’app’let, qui y-avet empouèsouné l’axistence pendant combe d’an-née, o zi copet lés jhambe et i r’thiullet l’chantié tous lés jhor. Dont, thielle veille de Toussaint, l’tantout, aprés déjhuné, bin à contre-thieur, l’v’là parti, sa bedoche su l’épale, ine fonçeuille et in p’tit bouquet d’chrisantème sacqué d’dans sa musette. Petuchette avet bin fait thiéques bouture à la sason, histouère de fieuri la tombe in p’tit mé qu’anvec lés trois quate méchante fieur d’habitude, mè i s’étet arranghé peur lés fére queurvé quand t’o grâlet, en pien été.

Vous savet c’qu’o n’en é dans lés cimentière, ine veille de Toussaint ; o vint d’au monde de peurtout et, dés cot, o l’é l’occasion d’rencontré dés veille qu’neussance. I l’étet à peine arrivé au chantier qui l’entend t’huché « bonjour Zirou ». I l’a tout d’suite compeurnu qu’o peuvet’ête qu’un ancien d’l’école qui l’avet r’queneussu. Thieu châffre, i n’en avet’ hérité quand t’y manghet’ à la cantine. O l’avet jhamé reun’qui z’y conv’net .

« O m’fet zire qui répétet teurjhou ! »

d’où thieu châfre de Zirou qui l’avet train-né toute sa jhènesse. I s’détorne, et i vouet trois quate gars un p’tit pû loin, qui rigoliant’ en le r’guâdant.

« Tu ne me reconnais pas ? Cherche bien. » qu’o dit’un d’zeux. 

« Ma fouè non; jh’vouet pâ ; et qu’é-tu dont ? »

« Tu ne te souviens pas, quand ensemble, nous allions chaparder les cerises du vieux Rapina ; un après-midi, qu’il nous avait surpris dans son cerisier et qu’il s’était assis au pied de l’arbre en attendant que nous en descendions. Nous y sommes restés perchés plusieurs heures, mais il avait tenu jusqu’à soleil couchant le vieux, et il avait bien fallu se décider à descendre. »

« Oh qu’si que m’en souvint ! Jh’avions pris chacun ine de thiés calotte ! La goule m’en avet fiambé jhusqu’au lend’main matin!  Mè alors, t’é dont Totoche ! Eh bin, si jhe m’attendé ; t’arié bin laissé manghé au loup ; t’avé point r’queneussu ! Dans l’temps, t’été grâs coume un rayon d’bicyquiette et te v’lâ rendu anvec ine bedaine coume un moine, astheur ; tu det pâ t’contenté d’liché lés assiette. Et pis, tu causes coume un Monsieur d’la ville ! N’empêche qu’o m’fet grand piaisi de t’revouère. »

« Et moi, donc. Depuis le temps que nous ne nous sommes pas vus ! Tu as de la chance de me trouver, parce-que nous allions boire un verre avec les copains avant que je prenne la route pour Paris. Allez, met ton matériel dans le coffre de la voiture et monte avec nous. A cinq, on se serrera un peu »

« Ouais, mè jhuste un moument, pace que jh’vâ nettouèyé la tombe des vieux d’la patronne »

Vous z’apprenré reun’; dés copains qui s’sont pâ vu dépeu si longtemps, i n’en avant dés chouse à s’raconté et o s’arrouse coume o faut, beun’ entendu. Bin sur, chacun a v’lu t’offri sa tornée, et d’au bon peur ine pareille circonstance. Au bout d’un moument d’thieu menaghe, Zirou li coumincet t’a chaveuillé et a bafouillé. C’est qui manquet d’entraîn’ment ; o l’changhet des deux p’tit varre de piquette qui l’avet jhuste le dret d’bouère chaque jhor ; un à câlâtion et l’aute à soupé.

Au bout d’un coube d’heure d’irrigation, bon, qu’o dit Totoche :

« Excusez moi les amis, mais il faut que je parte ; rendez vous l’an prochain, si Dieu le veut ; continuez la fête sans moi »

L’Zirou, li, coumincet a s’gratté l’calâ, a s’d’mandé où c’qui l’étet, et c’qui l’étet bin v’nu fére a ine heure de minme dans thieu l’endret. O y é r’venu d’un seul cot, un grand moument pû tard, quand l’grand « Popion » à parlé d’la Toussaint.

« Malheur qui dit ; anvec tout thieu, zi songhé pû ; en-meune me vite que jhe jh’alle nettouèyé la tombe de la veille avant qu’o fasse nègue »

Les au-r’vouère avant pâ trin-né à la porte d’au cimentière ; en moins d’temps qu’o faut peur z’ou dire, i l’étét rendu t’au tail.

« Marde qui s’ébrette ! Et ma bedoche ! »

Trop tard ! Dans l’coffe de Totoche, la bedoche, la fonçeuille et l’bouquet étiant’en route peur Paris…et Popion étet r’parti ! I l’a beun’ asseyé d’arraché les pû grande z’harbes, mè compte tenu d’soun’ état, la tête en-m’net l’raste. Jh’peut vous dire que la veille a-t-oyut dret à dés peurières qu’on entend yére dans lés éguyise. Quand lés idées avant couminçé t’a s’équieurcir, i s’é rendu compte qui l’étet dans n’un sale guaret. D’main, quand la Petuchette vinret su la tombe de sa mère, o fauret douné dés aspyications et o risquet d’ête pire qu’anvec le vieux Rapina et sés c’rise. On dit qu’la poure doune dés z’ale ; m’en doute qu’a doune dés z’idée otout. O l’é c’qu’a du t’éte le câs peur Zirou . Qui dit :

« Hureus’ment qu’la fumelle cret teurjhou à tous thié bêtiaire de l’ancien temps, à toutes thiés créature d’au Yâbe qui faziant pien d’misare aux paure ghens ; Ramponneau, le ch’vau malais, la Dame Bianche et la Ganipote, bin sur. O l’é t’elle qui va m’sauvé j’aspère; jh’deverié pâ avouére grand’peine a zi fére crére moun’ histouère. S’ment, o faura qu’jh’attende qu’o fasse grand nègue peur rentré t’a la minson ; en attendant, peur pâ m’ghelé, jh’me mettré t’a l’abri un p’tit pu loin, dans la veille éthiurie. »

La Petuchette étet toute en trembyie quand t’y s’é présenté dans la porte ;

« Vour é-t’au dont qu’tu sors, a ine heure pareille et dans n’un tel état ! jh’te creyé bâzi! »

« Si tu savé, c’qui m’é t’arrivé ma paure ! Tout thieu, o l’é t’a cause de la Ganipote »

« La Ganipote ! Oh mon Yeu ! O n’en a encouère à trin-né lés ch’min, d’thiés enghence ? »

« La preuve ; et peut te dire qu’thielle là qui m’a sauté su l’échine et qu’jhé trin-né pendant mé d’un kilomète, qu’o l’étet’ ine chétive. A l’étet encruché autour de mon cou en sarrant tout c’qu’a peuvet, me bavet dans l’cagouet et m’pisset su l’échine. Et, peur dessus l’marché, ine odeur, pire qu’un chafouin ! O l’a qu’en arrivant dans l’villaghe, à la quiarté dés chandelle, qu’a m’a lâché et qu’a s’é sauvé»

« Mé enfin, jh’é teurjhou entendu dire qu’thiés créature, qu’o s’cache dans lés terrier d’lapin et qu’o saute su lés ghensse qu’la neut, quand t’o fet grand nègue ; o l’é peur thieu qu’n’on lés vouet jhamé. Coument s’fet t’au qu’tu train-né dans lés ch’min à ine heure de minme »

« Figure te qu’en embauchant, jh’é cassé mon manche de bedoche ; alors, jh’é t’asseyé d’arraché lés harbes à la main, mè, a châ ine, o m’aret f’lu deux jhor au moins. O m’fazet grand’peine peur ta paure défunte mère boune-ghens, de zou laissé dans thieu l’état. O l’é peur thieu qu’jh’é t’nu d’au meu qu’jh é pû, jhusqu’à temps d’pû zi vouère et qu’seu r’venu qu’à la neut chette. Tu penses qu’a l’a profité d’l’occasion thielle enghense d’au Yâbe. Surtout, que d’amprés, qu’o s’ret la neut d’la veille de Toussaint, leu moument peurféré peur s’attaqué aux ghensse. Et peur fini lés réjhouissance, en passant au travers d’ine palisse peur zi fére lâché prise, jh’é éralé ma thiulotte, peurdu ma bedoche, ma fonçeuille, et lés fieurs.  Tout thieu à cause de la Ganipote ! »

« Eh bin tu vouet, jhe r’queneut qu’o l’a t’été beun’ enneuyant peur té thielle histouère, mè final’ment, thielle Ganipote, a t’ara fet r’monté un grand cot dans moun’ estime et dans mon thieur. »

« Et peurquoué dont, thieu. »

« Pace que jh’arié jhamé crû que tu te doune tant d’peine peur asseyé qu’ma paure mère eille ine tombe présentabyie le jhor d’la Toussaint. Jhe seu sure que d’où qu’a l’é, anvec la grande bonté qu’é la soune, qu’a l’ara fet’ ine grande peurière à toune intention. »

Jhustine

 

FÉVRIER 2019

Goulebenéze et lés ghilet jhaune

 

Jhe cret vous en avouère déjhâ causé ; à dés moument, noute Goulebenéze trouve l’temps bin long et lés distraction pûtout râre dan thieu Paradis. Alors, peur se changhé lés idée, i s’en va s’assied un moument su son nuaghe préféré peur asseyé de r’guâdé sé chère Chérente et mainme un p’tit pû loin quand l’temps é kière. Le Grand Saint Piarre qu’a r’marqué son manéghe, pace que reun’ y échappe à thieu grand chef, l’a charghé, si y v’let beun’, de zi rende compte de c’qui s’pâsse en bâs ; qui dit, jhe peut pâ teurjhou m’fié à thiéllâ qu’en arrivant, pace que, vu leu z’âghe, i l’avant souvent la tête petée. Coume mon Goulebenéze y a fet r’marqué qui zi promettet reun’ a cause de sés z’euils qui n’en veliant pu et que peur dessus l’marché, i l’avet laissé chére sa longue vue en bas, l’aute y a douné ine veille paire de lunette qui train-net dan n’un tirouère. Vous parlez d’un gars qu’étet content quant’i l’a pu r’vouère enfin lés veugnes d’au Pays bas, l’estatue d’Palissy et lés tours de St Jhean. Beun’entendu, i n’en a peurfité otout peur jeté in’euil un p’tit pû loin. Sitout de r’tour, le v’lâ don coume promis, parti rende compte à St Piarre.

« Alors qu’o décit l’Patron, raconte me c’que t’a vu dan ton pays d’cocagne coume tu l’appeule. »

« O l’a l’air d’allé piangh’ment qui dit, mè la nature n’é pu coume aute cot a c’que jhé vu ; thieu changh’ment kiamitique è en chantier d’tout démanché. Figurez vous qu’lés soulails sont entrain de r’fieuri dan toute la France. En pien mois d’novembe, noute pays é d’venu un vrai parterre. O n’en pousse dé pien pilot, surtout autour « dés torne en rond » dan l’mitan dés ville, et thièsiment peurtout vour qu’ola t’un chrétien. Olé lés paisan qu’allant ête hureux, songez don ; deux récolte dan la mainme an-née. O va lés r’consolé dés bouillard de grêle que vous leu z’avez t’envouyé su l’échine l’été dernier, rapport que l’dimanche, i s’en alliant train-né t’a Rouèyan anvec leus bourghoise putout que d’vni à la messe. »

« Tu convinrâ quand mainme qu’a l’étet mérité thielle avouènée, mais o l’a pâ sarvi t’a grand’chouse ; i sont pu têtu qu’dés mule thielle race d’au yâbe. Quant à toute thiés fieurs que t’â vue, jhe t’enverré l’prochain visiteur qu’arrivera peur vouère c’qui en dira d’thièlle affére pace qu’à m’paré pâ bin kière. Jh’é pâ l’temps d’le recevouère en peursoune, pace qu’en thieu moument, à l’approche de la Nau, jhe veurti pâ anvec toute l’ouvraghe qui m’chet su l’échine »

Coume d’hasard, olé jhustement un Saintongheais qui sé peursenté l’peurmié au porteau ou Goulebenéze étet d’garde ; un paure vieux qui n’sortet d’son pays d’Sauvaghet qu’peur allé fére sés coumissions à St Savinien tous lés thyinze jhors. Olé sa vouèsine qui l’chareyet dans sa veille deux ch’vaux.

« Bonjhor moun’ émit qu’o dit Goulebenéze ; sé-tu qu’o m’fet grand piaisi de vouère un gârs d’au pays. O tombe beun’ tè. Jh’é jhustement besoin d’un renseignement. Jhe me seut’apeurçu qu’ d’un seul cot, olé d’venu tout jhaune peurtout’en France. Anvec thieu temps qui d’vint fou, jh’é songhé qu’o l’étet lés soulail qu’étiant’en train de r’fieuri»

« Dés soulail ? Vous v’lez rigolé ! O y a belle lurette qui sont passé fieur. Ol’étet au mois d’Jhin thièlle affére, et ola pâ duré longtemps anvec la chaleur qu’o fazet . O l’és z’a roûti su pied»

« Mè enfin, jhé quand mainme pâ la beurlue ; si o l’é pâ dés soulail, qu’étau dont que jh’vouet dan tout l’pays »

« Tout thieu, olé dés ghensse qui sont habeuillé de jhaune ; olé p’tête la nouvelle mode, pace qu’astheur à changhe tous lés quate matin. A moins qu’o seille dés manifestant qui s’ébougheant pace-que le deurnié cot qu’jhé été fére més coumission anvec ma vouèsine, o l’avet pien d’monde peurtout, surtout su lés giratouère vour qui l’étiant rapilotés, et teurtous habeuillé de jhaune coume vous é dit, lés gars coume lés fumelles. Me seut jhustement posé la quession ; peurquoI en jhaune ? jhe m’zou d’mande encore d’ailleurs»

« As-tu entendu c’qui disiant au moins»

« Jh’ai reun’ compris ! O feurlasse tellement dans thieu vieux casson d’treumobile , mè i l’aviant pâ l’ar de bon pouël. I deviant n’en avouère amprés thieuqu’un m’en doute»

« Eh bin, tu vouet, d’amprés c’que tu m’dis, jhe penche putout peur dés manifestant pace que lés Français aimant beun’ thieu ghenre de réjhouissance. En tous lés cas, jh’te r’marcie beun’ ; t’é un brave houme. Jhe te recoumand’ré à St Piârre peur qui seille pâ trop r’guâdant quand tu pass’râ toun’ examen d’entrée au Paradis. Astheur, o faut que jh’te quitte peur allé zi fére mon compte rendu  »

« Bon qu’o dit Saint Piârre, qu’thielle affére coumincet à chauffé lés oum’rolle, qu’é t’au qui n’en dit thieu gârs ? »

« Eh bin, i dit qu’olé pas dés soulails, qu’olé pien d’ghensse qui sont habeuillés d’jhaune ; i se d’mande si olé a cause de la mode et i set pâ pourqoi i sont teurtou d’hior »

« O nous fet pas jholiment’avancé thieu. Et toi qui qu’neut tout ; en as-tu ine idée ? »

« Thièsiment, oui »

« Thièsiment, thièsiment ! N’en v’lâ t’ine réponse ! Tu peux pâ causé intellighement, non ! »

« Bin, c’est qu’olé… »

«  Mé fit d’guiarse, faut t’au t’arraché lés mot d’la goule aneut! Olé peurtant pâ dans tés habitude de pâ savouère que dire ; mainme qu’a dés moument, tu n’en d’vint soubrant anvec thielle losse qu’arrête pâ mé qu’la coue d’ine basse couette»

« Asthiusez me patron, mè olé lé z’aute qui m’zou d’mandant quant’i s’enneuillant »

« I s’enneuillant’au Paradis !!! Eh bin, si olé coume thieu, doune me dont leu nom que jhe lés z’envouèye se fére chauffé l’thiu en enfar peur se distrére. Et té, y é tu malhureux éthi, pace que la porte é grande ouvarte, tu sé. Si tu veux changhé d’rasidence, o faut zou dire »

« O faut pâ zou prenre coume thieu patron ; en réalité, jhamé jh’é été aussi benéze dépeu que jhe seut’arrivé éthyi»

« Bon, et bin coumince peur transmette moun’aveurtissement à tés z’émit quand tu lés verra et astheur, fini d’accouché d’toun’ histouère, pasque jhé pâ qu’thieu à fére. Anvec la Nau qu’approche, jharrive pâ à veurti à moun’ouvraghe. Qué-t-au que tu n’en a déduit de c’qu’o t’a raconté thieu vieux ?»

« Eh bin, jhe cret qu’olé dés manifestant »

« Et peurquouè dont qu’o n’en a tellement peurtout et surtout habeuillé de jhaune»

« Vous v’let la vérité qu’vous m’avez sugnifié ! Peur mé, jhe seut’a peu prés çartain qu’olé t’ine manifestation d’cothiu »

« Ah bin, astheur, olé ine aute paire de manche ! Et qu’étau dont qui t’fet dire thieu »

« D’abord, peurmièr’ment ; peur trouver ine corporation qui en France rassembye autant d’monde peur manifesté, o peut-ête que zeux. Deuxièm’ment, tout l’monde set beun’ qu’olé l’jhaune leu couleur de ralliement»

« Olé pâ creyabyie c’que jh’apprend ! Et thièsiment peursoune ne m’en parle de tout thieu ! Mè enfin, si o l’a tant d’cothiu, o det beun’ avouère dé responsabyie, qu’en pense-tu ? »

« Bin, normal’ment, oui, pace qu’en principe, o faut s’y mette à deux d’amprés c’que jh’é entendu dire. Mè vous savez, quand j’été su terre, jh’avé d’aute chouse à fére que d’minterressé à thiellée chouse. O l’étet beun’ le deurnié d’més soucis ; et pis, m’en serié v’lu l’rastant d’més jhors d’avouère causé d’la misère à n’un d’més compateuriote si y z’ou avet’appris. »

« Vouet, olé c’que tu dis ! S’ment, olé pâ la même musique que jh’entend dés z’aute de temps en temps »

« Mè vous savez beun’ qu’o faut pâ écouté tous lés racontars ; o s’dit tellement d’chétiv’rie. En tous lés cas, à moun’ évis, thiés paure yâbe en jhaune avant tort d’en velouère aux z’aute à cause de leu situation. Olé jhuste d’au bénévolat peur douné un cot d’main en passant ! La charité chrétienne en sorte, au sarvice de son prochain ; exactement coume vous avez douné orde à vous employé d’la r’coumandé su tarre. Final’ment, I l’avant fet qu’segué vous conseils ! »

Jhustine

 

 

 

DÉCEMBRE 2018

Lointains Noëls

 

Faisant penser à des mirages

Flottants au loin sur l’horizon

Dont seuls émergent quelques images

Vagues souvenirs d’un temps lointain

Enfouis au fond de ma mémoire

Jaunis, au fil de tant d’années

Comme des clichés dans un tiroir

Surgissants d’un lointain passé

Rares mais tellement précieux

Quand le plus modeste des jouets

Suffisait à nous rendre heureux

Pour toute l’année qui suivrait

Jouets dont l’image nous est restée

Compagnons de nos jeunes années

Jouets chéris et chouchoutés

Trésors d’une enfance enchantée

Ces jouets que le Père Noël

Ce mystérieux personnage

Livrerait la nuit de Noël

A tous les enfants de mon âge

Et ces matins, où les pieds nus

On courait vers la cheminée

En espérant qu’il n’ait pas su

Les bêtises de toute une année

Car c’est bien lui qui déciderait

Du cadeau qu’il déposerait

Et s’il n’était pas mérité

Qu’il faudrait attendre une année

Ce Père Noël, je le regrette

Qui dans sa sagesse enseignait

Pour que la vie soit souvent fête

Qu’il faut d’abord le mériter

Qu’on ne peut tout avoir de suite

Qu’il faut savoir attendre un peu

Que rien ne sert d’aller trop vite

Que c’est la règle pour être heureux

Savoir profiter à chaque heure

De tous ces moments de plaisir

Qu’un jour on appellera bonheur

Et que l’on à pas su saisir

Ne pas croire que seule la richesse

Vous apportera sur un plateau

De la vie toutes les largesses

Vous épargnera de ses fardeaux

Heureux tous ces petits gamins

A qui on leur aura appris

Et qui devenus hommes demain

Sauront profiter de la vie.

Jhustine

 

MAI 2018

Jhustine au campinghe

Thiette an-née là, les drôle étiant v’nu passé ine thyinzène de jhor à la minson. Mon fi m’avet téléphouné thiéques temps avant :

« Pusque tu t’pyint teurjhou qu’vous z’ête coume des cheun à l’attache à cause des vachaille et qu’vous peuvet jhamais prenre de vacance peur vous r’pousé un p’tit, jh’avont’ oyut ine idée ; si vous v’lez, jh’amenront noute touèle de tente et anvec papa, vous peuret’ allé passé ine semaine à Rouéyan peur pas cher. Pendant thieu temps, nous othiup’ront d’au bétiaire »

Jh’en avons causé anvec Farnand qu’étet point trop d’accord de laissé ses vachaille, pace que cret bin qui z’y t’int meu qu’à mé, rapport à c’qui prétend qu’les z’ine rapportiant d’l’arghent et qu’l’aute le manghe. Final’ment, les drôle l’avant tellement poussé au thiu qui l’a fini peur dire oui. Un cot’arrivés à la maison, i z’y avant fet vouère coument monté thieu l’édifice ; de toute façon, qu’o dit l’drôle, jhe te doune le pian, tu verra, ol a pas pu coumode à feire. Savez vous qu’o fazet jholi thielle cabane au mitant d’noute pré, ol avet coume in’air de Côte d’Azur, anvec la Méditerranée en moins, bin sur.

Le lend’main, un cot démonté, jh’avons sacqué tout thieu dans la quate z’ale anvec trois pienne valise de gueneuille, des assiette, des cass’role, ine poêle, un trois pieds, de l’heule, d’au vinaigue, un baquet d’patate, un paquet d’tête d’ail, thiéque pot d’gatton, ine trallée d’saucisse sèche, ine touque de vin roughe, ine aute de pineau, ine bouteille de vieux cougnat, et thiéques aute bricole. Thielle paure quate z’ale étet pienne jhsqu’à la goule ; impossibyie de feurmé l’coffe. Farnand l’a t’attaché anvec un mouça d’fil de fer ; Quant’à mé, jh’avé la tête coincée enteur deux piquet d’thielle fameuse tente et à chaque viraghe, o m’fazet penché d’un coûté ou d’l’aute. Jh’vous açertaine que l’temps m’duret d’arrivé à destination.

Les drôle nous aviant bin fet’un pian peur trouvé ou c’que peurions nous jouqué. « Anvec les cagouilles » qu’o s’app’let, mais jh’avions bia galopé, pas mouéyen d’chére dessus. Ol avet’un d’thiés monde su les route ! Farnand vouéyet pas les pancarte, trop othiuppé à r’guâdé à drette et à gauche peur pas s’feire touqué ; mé, jh’les vouéyé teurjhou trop tard. Deux ou trois cot, jh’nous sont’arrêté peur d’mandé noute chemin ; et bin, jh’avons teurjhou chet su des gensse pas trop charitabyie. Peurtant, jhe leu aspiquion bin coume o faut :

« Jhe cheurchont’ in’ endret peur jhouqué d’sére, jhuste à coûté d’la mer. »

Peur réponse, i s’cougniant su les oum’rolle coume si y compeurniant pas.

Enfin, à n’un moument, jh’é t’apeurçu ine grande pancarte « Campinghe au quyière de lune »

« Torne, torne vite que jh’huche »

Mon Farnand doune un grand cot d’volant et v’là la quate z’ale à biscouété su la route. Jh’me d’mande encouère coument jh’avons pas chambardé ! ol a penché d’un coûté, pis d’l’aute, et mé jhe segué l’mouv’ment, la tête enteur les deux piquet. Jh’é bin cru qu’ol allet m’l’arraché. Enfin, jh’arrivons à l’accueuil , mais ol étet pas ou les drôle nous aviant’envouéyé ; qu’o dit la patronne :

« Mes paure gensse, ol é pien coume in’œuf, mais si o vous déranghe pas d’attende un p’tit, jhe sont’en train d’arranghé un champ à coûté peur faire d’aute piace ; vous peuret vous z’y mette. »

En fait d’arrangh’ment, i l’étiant en train d’éparré d’la paille su la sole, pace qu’ol avet mouillé la veille et qu’ol étet tout fanioux. A l’heure qu’ol étet astheur, ol avet pu l’choix, surtout qu’a nous avet dit qu’ol avet pu d’piace nulle part aux environ rapport à c’qu’ol était la s’maine d’au quinze août. Nous v’là dont’en chantier d’débarrassé noute dilighence, pace que la tente, combe de bounheur, étet sacquée tout à fait d’ssous. Jh’avons pas passé inapeurçu, creyez me ; quand jh’avons sorti noute gratton, nous touque et tout l’raste ; ol a du faire mé d’in’ envieu.

Astheur, o s’aghisset de monté noute minson ; eh bin, ol é d’aute chouse que d’empilé des piarre les z’ine su les z’aute ! ol avet in d’thiés éparis su la sole qu’ine vache y aret pas r’trouvé son via ; des tube, des p’tit, des groû, des long, des court, des torse, des piquet, des mourça d’bois, des touéle de toute les couleur. Peur coumincer, Farnand at’ asseyé de z’ou emmanché bin tranquil’ment, mais o cheyet jhamais coume o faut ; i r’guâdet thieu pian dans tous les sens, mais au bout d’ine demi heure, me douté qu’ol allet fini peur se gâté ; pas manqué, à n’un moument, i pousse un bromi qu’a r’tenti jhsqu’a l’aute bout d’au champ, et en même temps, ol at’ un tube qu’a volé vingt mète pu loin.

A coûté d’nous, ol avet trois où quate jhènes assis d’vant leu tente qu’aviant vu l’manéghe, et, p’p’tête bin les touque, otout ! Bin ghentiment, i sont v’nus nous offri leus sarvice ; Farnand fazet pas l’fiérau, li qui s’cret teurjhou l’pu malin, mais, ol avet pas l’choix, si veliont pas couché à la belle étouèle. En moins d’temps qu’o faut peur z’ou dire, noute hôtel était su pieds. Peur remercié les drôle, (ol étet bin la moinde des chouse) leu z’avont’offert un cot d’pineau ; i qu’neussiant pas thieu beurvaghe, et i z’ou avant trouvé tellement bon qui l’avant appelé les drôlesse peur z’ou goûté z’elle otout. Quand i sont r’parti, la touque couminçet’a sounné l’creux. Aussitout, nous sont mis en d’vouère d’rentré noute fourniment à l’abri ; ol a bin f’lu ine boune heure peur tout ranghé. L’probième, ol é qu’dans thieu genre d’habitation, les piacard et les z’étaghère sont putout rare. Résultat, anvec tout thieu l’attirail d’éparé peurtout su la sole, o f’let’enjambé les casserolle et l’trois pieds peur nous dépiassé, et peur thieusiné, jh’allions êtes obyighé d’nous mette d’hiors ; hureusement qu’o fazet bia. Un cot fini l’rangh’ment, enfin qu’o dit Farnand, thieu cot, à nous z’aute la belle vie, et i s’allonge de tout son long à même la sole. I n’en a pas profité longtemps : v’là le haut parleur d’au camp qu’annonce :

« Par ordre de la Préfecture et par mesure de sécurité, tous ceux qui sont installés sur la zone empaillée sont invités à repartir s’installer à l’autre extrémité du camp. Je répète : immédiatement « 

Farnand est d’venu pu bian qu’un drap. Bin qui dit, si ol é d’même, jh’couch’rons d’hior, nous vacances sont foutue. I n’en arait braillé ! Nous jhène vouésin, l’avant entendu :

« Vous inquiétez pas grandpère, jh’allons vous déménaghé »

I l’avant pris la tente aux quate coin et l’avant emm’née cinquante mète pu loin. Jh’avons sacqué tout noute fourbi dans l’auto, en vrac, un p’tit coume o cheyet, et jh’les avons segué. Bin entendu, ol a f’lu r’ssortir l’pineau et d’thieu cot, i l’avant fini la touque.

« Bon, qu’o dit Farnand, a l’heure qu’o l’é, pu question d’emménaghé, o suffit peur aneut, d’main, o f’ra quière »

Jhe nous sont fet’un coube de tartine de pâté, installés nous lit d’camp et couchés bin vite. Ine belle invention, thiés couchaghe : vous êtes coincé au fond, les coude appoué su les bords qui vous machant la pia, impossibyie de boughé s’ment in’ortail et quand vous en sortet, vous z’êtes tout martouri. Dans la neut, jhe trembyé d’fret ; peurtant jh’avé ine grousse couverte d’ssus mé, mais ol é peur en d’ssous qu’la fraicheur v’net. Le matin, on m’vouéyet pu que l’bout d’au nez et jh’arrivé pas a m’décidé d’sorti de mon lit. Le déjhobreur, li, s’trouvet au moins à cent cinquante mète et quand z’y sont’arrivé, les gensse faziant la quoue ; ol a f’lu attende mé d’ine heure. Final’ment, le temps d’fére toilette et d’ranghé nous affeire, ol étet l’heure de déjhuné et pu l’temps d’feire la thieusine ! Ol a f’lu se r’mette aux tartine de pâté. A thieu moument, jh’é senti qu’Farnand couminçet’à r’gretté chez Chabina !

Jh’étions queurvé tous les deux amprés tous les enneu d’la veille, alors, sitout avalé nous tartine, nous sont couché su ine couverte et jh’avons fè la sieste pendant deux boune heure. In cot r’panné, jh’dit, ol é pas l’tout, o faut quand minme allé vouère la mer pendant que jh’sont’éthyi. L’probiême, ol é qu’jh’avions tell’ment virouné peur veni, que jhe savions point trop ou c’qu’a l’étet sacquée.

« T’inquiète pas qu’o dit Farnand, jh’allons nous guidé su l’soulail, coume thieu, jh’peurons pas la manqué »

Effectivement, à n’un moument, jhe cheillons su un panneau ou c’qu’ol avet d’marqué « LA PIAGE » Nous v’là dont embarqué su thieu ch’min, pien d’autos a touche touche tout d’au long, et au bout : un thiu d’sat ! mais pas encore de mer en vue. Pas mouéyen de s’garé, et ol a f’lu feire demi tour et quésiment un kilomète peur trouvé t’a s’garé. Eh bin qu’o dit Farnand, ol étet dit que jh’venions éthyi peur nous r’pousé ; ol é pas quession que jh’fasse un ch’min pareil à pieds à thielle chaleur peur a allé routi su l’sabyie au mitant d’tous thiés étrangé qui nous compeurnant même pas quand leu causons. Jhe rente chez Chabina, manghé à ma faim, r’trouvé un bon lit et mon tilleuil peur feire la sieste à l’ombe. Ol a f’lu quand minme pasér ine aute neut au campinghe et, dés potron minet, jh’étion en train d’démanché noute abri. Farnand était tellement énervaillé qui l’a tordu deux ou trois tube et éralé la touèle. Nous sont entendus peur dire aux drôle qu’ol était des jhène voyou qui z’ou aviant fet, et qu’ol étet à cause de thieu mauvais vouésinaghe que jh’étions r’venu pu tout qu’prévu, et le lend’main matin… jh’étions au thiu des vachailles peur nous changhé les z’idée !!!

Jhustine

 

 

Février 2018

Une histoire !

Quand lé cagouilles dansant

 

Bin, jhe r’vin d’loin mé paures’enfant. Figuret vou qu’dimanche deurnié, jh’ai été vouère dansé la troupe de Monsieur Chagnut et leu z’invité ; Un spectaquyie folkiorique qui l’app’lan thieu. O y avet’un un monde ! Ol’é pâ creyabe ! Thieu grand ballet était pien coume in’oeuf à deux jhaune. O y avet otout deu z’aute troupe ; ine de Fréjhu et l’aute d’vers Toulouse. Ma parole, i l’avant l’yâbe dan la piâ teurtou. O f’let lé vouère levé la patte et virouné ; o l’é t’a thié moument qu’nous’aute, lé moin jhène, non coumince à s’rende compte qu’on d’vint vieux ! A la fin d'au spectâquyie, i l’avan fet dansé lé p’tit jhène de chez nous. « Lé p’tite cagouille » qui lé z’appelant. Vous parlez si o l’étet jholi. O piéset tell’ment au ghensse qu'o l'a fini bin pu tard qu’prévu, si beun’ que seu r’venue t’a la chandelle.

La quié étet pâ encore sacquée dan la sarrure que jh’entendé souné le beurlinou; beun’entendu jhe seut’arrivée trop tard, mè deu minute ampré i r’sounet d’nouviâ. O l’étet ma feuille qu’app’let dépeu mé d’ine heure qu'a m'a dit et qui se d’mandet ce que jh’été d’venue.

« Mè enfin qu’a dit, é t’au qu’té compièt’ment sourde astheur qu’tu répond pû au téléphone »

« Mè non, que jh’dit, jharrive tout jhuste ! o l’é que jhe r’guâdé dansé lé cagouille »

« Qu’é t’au qu’tu di ?»

«Jhe di qu’o l’étet tellement jholi thié p’tite cagouille qui dansiant qu’jh’avé pâ envie de débauché »

« T’arié pâ d’la tempèrature qu’a di ?»

« Bin sur que non ; mè peurquoué m’demande tu thieu »

« O s’ret trop long à t’espyiqué ; mè à moun’évit t’é en grand danghé. Tu vâ m’fermé ta porte coume o fau et t’sacqué dan lé ballin en attendan qu’j’harrive »

D’un seul cot, mon sang n’a fet qu’un tour ; tout d'suite, jh’é imaghiné qu'o s'passet thieuque chouse de grave dan lé paraghe et jh'é songhé aux barbus et leus grand coutâ. Bin vite jh’é feurmé la porte à doubyie tour, tiré l’tareuil et jh’é appilé deux ou troi chaise darrière. Pi, m’seu renfeurmée dan la chambe en emportant mon balai ; j’é tiré la tabyie de neut darrière la porte et m’seu t’assise au bord d’au lit, le balai dan lé main en priant l’Bon Yeu qu’ma drôlesse arrive pâ trop tard !

Jh’seu rasté tout un moument coume thieu aux aguiet, quant tou d’un cot jh’entend toute ine troupe qui talbotet et montet l’escaillé à gran train et qui s’arrêtte jhuste d’van ma porte. Jh’é cru qu’mon thieur allet lâché ! jh’été dan n’un trembyie ! Pi, jh’enten t’un gars qui lance « y a quelqu’un » Vous pensez bin que jh’allé pâ réponde.

Coume i l'entendet reun; bon qui dit’au z’aute :

« Y a pâ l’choix ! allez lé gârs, faut y allé ».

Ol’a pâ musé vou z’en répond ; jh’entend un grand fracâ et la porte et lé chaise qui s’éparant dan la minson. Lâ, m’seu vue coume un poulet anvec le coûta sous la gorge. jhe cours à la f’nête, jhe l’ouve bin v ite et jh’appeule au s’cours d’au mé que jh’peuvé. Mè, o l’é qu’darrière y peurdiant pâ d’temps ; en un reun’ de temps, o l'é la porte de chambe qui volet’en mourçâ elle otout. Vou savet, dan thié moument là, o torne vite dan l’calâ. Jh’é songhé, pusque ta deurnière heure é t’arrivée, o vaut meu fini en s’cassan la tête su la sole putout qu’dan lé main d’thié bandit. Jhe saute dan n’ine chaise et jh’me penche su l’bord d’la f’f’nête prête à pionghé, quan jhe sent qu’on me r’tenet peur lé cotion. Alors lâ, m’su mise à sillé pire qu’un goret qu’on saigne. Oh, o l’a pâ duré longtemps ; o n’en a t’un qui m’a rollé ine gueneuille su la goule peur pu m'entende, l’aute qui m’a attaché lé bras darrière l’échine et presque aussitou, jhé senti coume ine piqure de guêpe dan n'ine fesse. Là, dan in’ équière, jh’é t’appeurçu St Piarre qui m’tendet lé bras, mé o l’a pâ été pu loin ! Qu'é t'au qui sé passé amprés ? N'en sé d'reun'.

Final’ment, m’seu r'trouvée attachée dan n'un lit ; j'entendé ma drôlesse coume au loin, dan n'un rêve qui répétait sans cesse

« Réveille te m’man, réveille te m’man ».

Me d’mandé bin c’que jh’fazé lâ, pi à châp’ti tou m’é r’venu.

« Jh’dis, sont t'y parti astheur  thié bandit qui m’aviant attrappé ? »

« Songhe pâ à thieu qu’a dit ; repouse te , jh’en caus’ron pû tard. »

« Qui set c'qui velian m'fére ! hureus'ment qu'vou z'éte arrivé à temps. »

« Thieu, tu peu z'ou dire ! »

« Bon, pusqu'i son partis, détache me et doune me à manghé ; jh'é la piâtrelle. Jh'é pâ manghé dépeu deu jhor. »

« O va v'ni ; mè, cause me dont un p'ti d'thiés cagouille qui dansian. »

« Ah, lé p'tite drôlesse d'au groupe folkiorique à Monsieur Châgnut! »

« Jhe t'cause pâ dé p'tite drôlesse, jh'te cause dé cagouille qui dansiant . »

« Bin, o l'é z'elles, lé p'tite drôlesse qui l'app'lan lé p'tite cagouille. « 

Paure femme, qu'en t'a l'a entendu thieu, jh'é cru qu'a l'allet en chére au cot ; a l'é d'venu bianche coume un pet !

« Oh grand malheur qu'a dit ! c'que jh'é fet; n'en aré dé r'mord l'rastant d'méjhor ! Tu m'zou peurdoun'râ jhamé m'en doute, »

« Et qu'étau don qu't'â fet ? »

« Et bin, hier au sére, quand tu m'a di qu'tu v'né d'vouére dansé lé cagouille, j'é cru qu't'avé peurdu la tête et jh'é t'appelé l'SAMU. O l'é zeu qu'avant enfonçé la porte et qui t'avant fet ine piqure peur t'entormi. Mè, peurquoi don sillé tu d'la sorte ? »

« O l'é qu'jhé cru qu'o l'étet dé barbus qui v'nian m'prenre en otaghe, et jh'allé sauté peur la f'nête peur pâ qui m'attrapan vivante. »

« Ah ma paure mère, tu m'pardoun'râ jhamé ine chouse pareille. »

« Bin sur que si, minme tout d'suite tè; tu m'enleuve tou thieu l'harnach'ment et tu prend ma piace dan thieu lit et tu leu zespyiqu'ra peurquoué qu'té là; coume thieu, jhe s'ron quitte! »

Jhustine 

Le 4 Mai 2016

 JHUSTINE en direct pour le "fun"(radio), dans la salle Aliénor d'Aquitaine

2016 05 04 13 21 02

GUY, notre barde, a été applaudi avec son émouvant parapluie bleu ...

 

Avril 2016, en attendant la frairie ...

Lé Jheux Olympiques d’la Cagouille à Asnières !

 

Jhe me d’mande qu’a bin pû avouère ine idée d’minme ; dépeu qu’jhé t’appri thieu, zi songhe neut’et jhor !

«Les cagouilles s’rant’à l’honneur peur l’assembyée d’Asnières d’au mois d’jhin » avant t’y déquiaré.

Quand jh’vouet tout c’qui v’lant fére anvec thié z’animau, me d’mande combin qu’o va nou coûté tou thieu ! Jhe sé bin qu’la cagouille, o l’é l’embiême d’nou z’aute, lé Chérentais, que noute jhornau communau s’appeule «la Cagouille», mè o l’é pâ ine razon d’n’en fére veni toute ine armée ; ine c agouille toute seule encouère, n’on peu n’en avouère rason, à condition d’pâ la quitté dé z’euil, mais toute ine troupe de minme, jhe trouve qu’o l’é pâ bin prudent. Combin va-t-au fallouère embauché d’monde peur surveillé toute thielle armée. D’amprés qui l’arian t’embauché dé z’espècialisse, la Confrérie d’la Cagouille. O det’ête le sarvice d’orde m’en doute ; o faura beun’ tout’in’ escadron peur avouère razon de tou thié z’animaux !

Peur coumincé la jhornée, o l’ara l’concours d’la pû belle cagouille anvec dé espert qu’allan lé passé su la bascule, lé bireuillé sou toute lé couture, mesuré leu tour de taille, de jhabot, r’guâdé la couleur de leus z’euil, la longueur d’leus corne, la biancheur de leu dent, la fraîcheur d’leu teint, et qu’séjhe encouère.

Un cot l’choix fet, la reine s’ra couronnée par Monsieur l’Mare en peursoune anvec en prime, lé trois bise traditiounelle.

Ampré, o l’é prévu un marathon, peur récompensé la pu sportive. O s’passera su la grand’route qui s’ra déteurvirée dan toute la traveursée d’la coumunne peur pâ ghin-né lé concurente. M’seu laissé dire, qu’o l’é coume au « Jeux On lé pique » ; o risque d’avouère dé tricheur qui lé dop’ran t’au au p’tit déjhuné peur qu’a galopant pû vite. Alors, amprés la course, o y ara t’un parcour d’orientation peur vouère lé-quelle qu’ariant trop suppé d’thieu beurvaghe et thiéllâ qui r’trouv’ran pâ leu ch’min s’rant déquiassée. O l’ara t’otou un concours d’escalade de noute château d’eau anvec descente en toboggan.

Mè, l’pire dan tou thieu, o l’é qui v’lan t’arranghé dé combat enteur lé pu chétive. D’ampré qu’o y a t’ine qioture en pianche d’un mète cinquante d’arranghée autour, coume peur lé corrida, peur lé séparé d’au monde ; mais vous savez bin qu’thié bête d’au yâbe, reun’ lé z’arrête. O m’a t’été dit, que d’se vouére renfeurmée dan in’ enquiau, qu’o lé mettet’en raghe coume lé taureau en Espagne. Imaghinet qu’in d’thiés animau saute de l’aute coûté, au mitant dé spectateur. Qu’é t’au qui payera l’ambulance et l’hôpitau ! M’en vâ leu dire de prenre ine boune assurance en câs. Lé gagnante de chaque catégorie s’rant r’vendue à in’ inséminateur peur l’amélioration d’la race. Si vous avet’in él’vaghe de cagouille et qu’vou z’ête interressé, tèlèphounet’à la mairerie peur avouère son liméro d’téléphoune à thieu l’houme.

Dame, peur lé z’aute cagouille, o vat’ête moins réjhouissant ! à l’allant passé dan la casserolle, mè, avant thieu, Monsieur l’thiuré leu doûn’ra l’Estrême Ponction. La meilleure thieusinière’ elle s’ra décorée d’au mérite dé Cagouillard et r’cevra t’en cadeau un dipiôme et un coyer anvec dé fût d’cagouille veurni.

Si vous v’let ête dé noute peur thielle belle jhornée, chausset vou coume en temps d’veurguiâ pace qu’anvec tous thiés animau qu’allant n’en bavé à longueur de jhornée, vou peuriet bin vou r’trouvé su l’thiu !

Jhustine

 

Février 2015, suite au repas des SENIORS du 22-02-2015

In’an-née, ol é bin trop long

Figurez vous qu’noute Conseil municipau nous’a t’invité, nous z’aute, lé z’ancien d’la coumunne, à allé feire câlâtion, teurtou ensembye, dimanche deurnié. O s’passet dan noute Fouèyé rurau.

Coume o dit la Farnande : Peur un cot qui nous fazant’un cadeau o yeu d’prenre nous sous, jh’allon pâ feire la fine goule.

Mè, jh’dis : Pace que tu cret qu’ol é t’un cadeau ? Paure innocente ! Vour é t’au qui peurnant l’arghent peur tout thieu.

Thieu, o m’é t’égal ; jhe paye pas, le raste, veut pas z’ou savouère.

D’amprés sé vouèsin d’tabyie, ol é pas anvec sé reste qu’lé chat avant fet la fête.

Autour de mé, à la tabyie, o y avet pâ un gâ ! qu’ dé jhène femme ; dé jhène de tous lé z’âghe, pace qu’o n’en a qu’étiant naissue bin avant les z’aute.

En c’qui m’conçarne, jh’fazé beun’ attention d’pâ trop poussé à la dépense ; l’apéritif : jhuste ine p’tite lichette ; le vin pareil ; le café, un fond d’tasse anvec trois goutte de Cougna peur feire piasi au productiouneur coume i disant. Eh bin, creyet me qu’autour de mé, ol étet pâ d’au pareil au minme. Dire qu’o n’en a qui peurtendant qu’lé femme bouèvant que de l’eau à cause de leu teint. Thielles là, si o raste dé stock dans lé chai, ol é pâ d’leu faute et si l’château d’eau forni pâ, thieu l’été, o faura pas leu z’en feire le r’proche. Et thié yâbe de conseillé, putout que d’cheurché à feire des écounomie, qui s’promeniant teurjhou anvec la bouteille à la main. Anvec dé façon d’feire pareille, noute coumunne n’en à pâ peur longtemps à ête en faillite elle otout.

V’là t’au pâ, qu’ a n’un moument, tout en causant, qu’j’é raconté que jh’avé t’un cartau de veille eau d’vie. Mé paure z’enfant, autour de mé, lé z’œil de thiés créature se sont duvart coume dé phare de deux ch’vau.

E-t-y bon ? n’a t’au tout pien ? vour éty sacqué…

Jh’é fet sembiant d’pâ comprenre, et dés l’lend’main matin, à la peurmière heure, jh’é été bin vite rembarré la porte d’au chai.

Eh bin, peut vous dire que jh’é jhamais vu autant d’jholie femme de rassembyiée que thieu jhor là ; mes z’œil veurtissiant pâ. Me d’mande si Monsieur l’Mâre a pas choisi ses conseillé par rapport à leus bourghoise. Ah, n’on peut dire qui si qu’neut thieu l’houme !

Avant d’nous z’enrtorné, i nous a douné un papier peur savouère c’que veurions peur l’av’ni ; un p’tit coume la liste peur le Pére Nouël. O part d’un bon sentiment, alors, ol é t’ à souhaité qu’lé gensse n’en d’mandant pas d’trop, quand minme. Mé, serié d’accord qu’nous aute, lé z’ ancien, qu’nous entendons enteur nous, peur demandé jhuste ine p’tite chouse. Au yieu d’attende toute ine si longue an-née peur nous r’trouvé autour d’ine tabyie coume dimanche, jhe souhaiterié qui fr’couminçant thieu un cot peur mois. Attende in’ an, à nous âghe, ol é interminabyie ; peur pas causé trop d’dérangh’ment aux conseillé, peuriont feire un gheste de noute coûté en fazant l’sarvice. Peur ête sur si o convint à thiés cher administré d’au troisième, quateurzième et bintout cinquième âghe, ol aret teurjhou la possibilité d’feire un référendum.

Jhe peut vous assuré qu’si o manque ine voix peur qu’o l’aboutisse, o s’ra pâ la meune !

Jhustine

 

 

Date de dernière mise à jour : 26/03/2022

Ajouter un commentaire